24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 09:34

Le blog a une envie d'ailleurs...

Vous pouvez désormais me retrouver ici : http://lesbebous.wordpress.com/

A tout de suite !

Partager cet article

Sandy and the Beb's
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 08:52

Quelles vacances, mes amis, on s'en souviendra longtemps ( et dans le bon sens du terme cette fois-ci, contrairement à l'horreur de l'été précédent ) !

Du bonheur, en veux-tu en voilà : de la famille, des amis, de la nature, et des petites filles folles de bonheur !

Nous avons débuté nos vacances par une semaine chez mes parents dans le Var, entre filles puisque l'Homme était encore au boulot. J'en ai profité pour courir tous les matins dans la colline ( c'est fou, si près de la ville, on a l'impression d'être au milieu de nulle-part, seulement accompagné par le chant des cigales, comme Marcel Pagnol dans son Garlaban). La Béboute a adoré ramasser les tomates plantées par son pépé, jouer à la balançoire, plonger dans la piscine avec mamie. La petite Nana, a arpenté le jardin en long, large, travers ( elle ne marche plus, elle court !), était toute contente de donner à manger aux canard l'étang du château, et a même réussi a dormir toute une nuit avec un seul réveil ( c'est dire si le bon air de chez pépé-mamie lui fait du bien).

La semaine suivante, c'était départ pour Chamonix, avec l'Homme cette fois-ci, et comme nous nous y trouvions fort bien ( car, contrairement aux années précédents, pas de canicule mais un air frais, comme on aime le trouver en montagne), nous avons prolongé notre séjour ( au lieu de n'y passer que quatre jours, nous sommes restés dix jours). Des petits joggings dans la montagne, de belles balades, des piques-niques à base de saucisson et fromage, des cueillettes de myrtilles, des gaufres, et un vide-grenier, le paradis !

Nous en avons également profité pour faire une halte chez des amis, à Annecy. Ils nous ont fait découvrir une jolie ferme pédagogique, ainsi qu'un parc, loin des trucs surfait à la disney, tout écolo et qui a fait rêver petits et grands :Le parc des épouvantails , les enfants ont pu découvrir la vie des épouvantails : leurs maisons, leur marché, leurs différents métiers (!), ils ont pu participer avec eux à la vie du village : faire de la musique ( mais attention au géant qui dort !), sauter dans la piscine de paille, faire une course de brouette, se perdre dans le labyrinthe. Nous avons tous adorer, et espérons vite revenir. La prochaine fois, nous comptons bien visiter également, le hameau du père Noël, pour faire rêver toute la famille ( moi la première, je retombe facilement en enfance dans ce genre de parc !).

A la fin de ce séjour, nous avons fait à nouveau halte dans le var. L'Homme et les filles pour poursuivre les vacances, moi pour bosser à la fac. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin ( je pouvais tout de même profiter de la piscine ou des piques-niques sur la plage après avoir travailler, tout n'était pas perdu !).

Et, comme tous les enfants de France ( sauf les homeschoolers, quelle chance !), aujourd'hui, c'était la rentrée pour la Béboute. Et, comment vous dire, je suis HEU-REU-SE, non, pas de voir mon bébé me quitter pour retourner à l'école, mais qu'elle soit tombée sur la maîtresse de mes rêves, douce, attentionnée, si tout reste comme ça ( il est possible qu'une classe supplémentaire soit ouverte la semaine prochaine, dès lors, les classes seront recomposées...), nous risquons de passer une très bonne année ! J'étais pas mal inquiète, surtout avec la crise mémorable d'hier soir ( hurlements quasi non-stop pendant une heure, avec des "je ne veux pas aller à l'école, je ne veux pas que l'on me cris dessus!"), faut dire qu'elle avait de quoi être inquiète ma fille, avec l'année que lui avait fait subir sa précédente instit'...Et puis, le miracle a eu lieu, croisons donc les doigts pour que ça reste comme ça !

Pour sa part, la petite Nana, a eu une rentrée toute en sérénité, ravie de retrouver les puéricultrices de la crèche et les copains. Quel bonheur voir s'ouvrir toutes ces possibilités de jeu !

Et pour vous, commence se déroule la rentrée ?

Partager cet article

24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 08:40

Il paraît q'un grand Monsieur a, un jour dit, "soit le changement que tu veux voir dans le monde"... Après cette sale période que nous avons vécu, j'ai besoin de me réapproprier ma vie, de tenter de la maîtriser un tout petit peu. Et, cela passe par ce que je consomme.

J'en ai assez que l'on me vende des produits dont je ne sais pas, ou ne comprend pas, ce qu'ils contiennent. C'est la raison pour laquelle, je n'achète que très rarement des aliments transformés. Et, je commence à faire la même chose avec les cosmétiques.

La première étape est d'éliminer les shampoings tous pleins de saletés issues de la pétrochimie. J'ai trouvé une formidable recette dans la dernier numéros de Grandir autrement, lisez plutôt :

On commence par espacer les shampoings, pour aboutir à un seul shampoings par semaine. On se brosse régulièrement les cheveux ( au moins deux fois par jour ) afin de bien répartir le sébum qui joue un rôle de protecteur pour le cheveux.

Tous les huit à dix jours, on applique la composition suivante, en deux étapes, sur les cheveux :

1- confectionner une pate avec 2CS de bicarbonate de sodium ( ou argile verte/blanche/rouge ou rhassoul) et 2CS d'eau, appliquer sur les cheveux et frictionner comme pour un shampoing puis rincer.

2- appliquer 2 CS citron + 2CS eau + 3 gouttes d'huile essentielle d'Ylang-Ylang et rince ( ou pas, moi je ne rince pas pour plus de brillance)

Après un mois de ce "régime", le résultat est bluffant, mes cheveux sont propres plus longtemps, ils brillent ( alors qu'auparavant, ils avaient tendance à être terne), sont tout doux...Un vrai bonheur qui allège également la bourse.

Partager cet article

Sandy and the Beb's - dans Homemade
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 15:11

Bouh, le temps passe, difficile de trouver du temps pour écrire par ici, mais je pense à vous !

Aujourd'hui, je me disais qu'avec deux enfants, il est difficile de profiter pleinement des progrès du deuxième, comme on a pu le faire pour le premier. Mais, à côté de ça, que c'est beau de voir une relation se créer entre deux soeurs...

Les premiers temps ont été parfois difficile, ma Béboute me faisant souvent sentir qu'elle avait besoin de moi aux moments les moins appropriés pour moi ( mais de façon fort logique pour elle) : lorsque sa soeur tétait ou lorsqu'elle pleurait (c'est encore parfois le cas lorsque ma grande fille est fatiguée, elle est nécessairement plus demandeuse des bras de sa maman!).

Désormais, leur complicité grandit minute après minute.

Dès le réveil, la petite veut voir sa grande soeur, elle court littéralement dans sa chambre pour la retrouver en l'appelant "Da-da", et lui assène des petits coups sur le visage si elle ne se réveille pas suffisamment vite ( parfois, cela peut donner lieu à de jolis cris aigüs ).

La Béboute est déjà un modèle pour sa soeur :

Ma petite Nana veut manger comme elle : nous avons dû troquer la chaise haute pour une petite chaise à la table de la grande fille. D'ailleurs, même si elle ne parle que très peu (papa/maman/da-da/tètè), elle sait faire comprendre qu'elle a faim, simplement en s'asseyant sur sa chaise.

Le problème c'est que la grande n'est pas une grosse mangeuse, alors, lorsqu'elles sont à table en même temps, et qu'elle refuse un plat, la petite a tendance à faire de même ( alors que seule elle mange de tout).

Elles commencent à jouer ensemble.

Pour attirer sa soeur, la petite nana la tape parfois avec le jouet qu'elle veut utiliser. Certes, elle atteint rarement l'objectif escompté ( sauf si j'interviens), mais c'est un bon début.

La Béboute commence à utiliser sa soeur comme une poupée: l'autre jour elle faisait semblant de lui changer la couche. Hier, elle la déguisait en Minnie...C'était craquant !

A côté de ça, il y a, comme dans toute fratrie, les moments de bagarre. Lorsque la Béboute en vient à frapper sa soeur, la petite se défend de façon virulente : elle a fortement tendance à "croquer" sa soeur ( et pas légèrement...)...

Elles savent aussi se câliner : la petite fait des bisous à la grande, la grande, berce, carresse, embrasse la petite lorsqu'elle a un gros chagrin...

Et moi, comme une maman chamallow, je fonds de bonheur...

Partager cet article

3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 08:44

Mon bébé, ma toute petite princesse...

Je crois que tu deviens une grande fille.

A vrai dire, depuis que tu es née, je me dis que j'aimerai bien que tu ne grandisses pas trop vite. C'est peut-être pour ça que je veux continuer à t'allaiter : au sein, tu ressembles toujours au tout petit bébé qui est sorti de mon ventre le 30 avril 2013.

Tu ne semblais pas pressée de marcher, contrairement à ta sœur, tu as commencé à te mettre debout très tard. Depuis deux ou trois semaines, tu faisais un pas en te lâchant mais, comme ta grande sœur a fait ça pendant quatre mois avant de marcher réellement, je me disais que nous avions le temps. Je t'imaginais à 18 mois marchant encore à quatre patte, pour me rassurer.

Je t'ai laissé deux jours pour partir à Lyon ( un petit signe à ma lectrice la plus assidue, S*, pour lui dire qu'elle ma manqué lors de ce Congrès ;-) ), lorsque je suis revenue ton papa m'a dit que tu avais fait des progrès, tu pouvais faire deux ou trois pas d'affilé.

Et puis, malgré la bronchiolite ( troisième de l'année ma pauvre chérie, ton père t'a même emmenée à l'hôpital il y a deux nuits, heureusement plus de peur que de mal !), tu as fait d'énormes progrès, désormais tu es capable de traverser une pièce entière !

Alors, malgré ce pincement au coeur parce que tu grandis un peu trop vite à mon goût, je suis au comble du bonheur de te voir si fière de toi, prête à conquérir de nouveaux territoires !

Bonne route mon tout petit bébé...

Partager cet article

Sandy and the Beb's - dans little Nana
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 09:11

Je suis dans ma période "je n'accepte pas le temps qui passe", donc, l'idée de prendre une année ne me réjouissait pas plus que ça.

Mon amoureux a su me redonner le sourire.

Nous devions passer une petite soirée à quatre, chez des amis.

Lorsque nous avons pris la route inverse, j'ai compris que quelque chose se tramait...

Entre temps, j'ai fait ma mère indigne, les filles devaient être gardées par ses parents. Lorsque j'ai compris qu'une surprise m'attendait, je lui ai fait comprendre que je passerai bien deux ou trois heures sans mes bébés (alors que la minute précédente, je me disais silencieusement, qu'elle me manquaient déjà,,,je suis une mère schizophrène !)...A l'expression de son visage, j'ai bien senti qu'elles seraient là...

Et puis, finalement, nous sommes arrivés chez les beaux-parents, qui avaient abandonnés le navire afin de fêter un autre anniversaire et nous laissaient tout loisir de profiter de la terrasse au borde la piscine.

Ils étaient presque tous là, les copains, venus fêter l'arrivée de l'été et m'aider à oublier que le temps file comme le sable entre les doigts ( que voulez-vous je suis une poète incomprise...).

Et ce fut un très chouette moment : pour certains, je ne les avais pas vu depuis au moins un an,et c'est toujours un plaisir de savourer l'amitié sous la chaleur d'une nuit d'été ( et avec du bon vin, merci le copain caviste !).

Nous n'avons quasiment pas vu notre Béboute de la soirée : il y avait des copains, des chips et des jouets, alors les parents pouvaient bien rester à l'autre bout de la maison,elle ne s'en souciait guère !

La petite Nana a mis un peut de temps à s'endormir, mais ensuite, elle ne s'est pas réveillée jusqu'au départ des invités. Elles peuvent se montrer très facile mes filles quand elles veulent !

Bien sûr, il est toujours difficile de profiter pleinement de chacun dans ce genre de soirée, mais tant pis, nous avons partagé un moment tous ensemble, c'est ce qui compte !

Et fin août, nous nous retrouverons pour fêter l'emménagement dans la nouvelle maison !

Et vous, vous l'avez fêtée comment cette fête de la musique ?

Partager cet article

2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 08:21

La vie, elle est pas hyper rassurante à la base :la maladie, la souffrance, la mort...J'ai même l'impression qu'on nous en rajoute un peu chaque jour, rapport aux médias qui semblent prendre un malin plaisir à nous parler des trucs qui font peur. Bref, comme je suis une hyper anxieuse, je vous assure que mon esprit ne se repose pas souvent ( d'autant que la petite Nana ne l'aide pas à se reposer la nuit, mais ceci est une autre histoire).

Mais, j'ai la chance d'avoir un quotidien plutôt sympa, qui me permet d'oublier que la vie, ce n'est pas toujours une partie de plaisir.

Profiter des petits bonheurs du quotidien, c'est ce qui rend heureux :

Tenez, le printemps sur la Côte d'Azur, c'est pas génial ça ? J'adore cette douceur qui en découle, parce qu'il n'y a pas d'autre mot. La chaleur est douce, la lumière est douce, même les gens, semblent doux. Peu importe les difficultés de la vie, au printemps tout semble plus doux ( évidement, je parle des printemps ensoleillés, c'est bien le cas en ce moment).

Alors, on profite en famille : les barbecues, les piques-niques sur la plage car il ne fait pas encore trop chaud pour en profiter avec les filles, le jogging sur la plage justement, puis, faire un plongeon dans l'eau. L'eau de mer aussi est douce, caressant tranquillement le corps endolori par les kilomètres emmagasinés. Une petite fille qui rejoint sa maman dans l'eau, l'entourant de ses bras, serrant son petit corps tout doux contre elle pour se réchauffer car l'eau est encore un peu froide.

L'odeur des fleurs, le jasmin, un bougainvillier, jouer à cache-cache dans le nouveau jardin...

Regarder un match de rugby entre amis, rire, voir les supporter de notre ville pleurer de joie parce que notre équipe a enfin gagné le Brennus.

Assister au retour des héros à la télé, faute d'être rentré au pays pour la journée.Rire de voir les joueurs aussi éméchés que la foule, se dire que le peuple toulonnais avait bien besoin de ce grand moment de bonheur.

Et puis, serrer fort ses bébés, leur dire qu'on les aime, embrasser leurs petits corps tout chaud, respirer leur petit cou. Profiter d'elles parce que, malgré les petites crises du quotidien, malgré les nuits sans sommeil, malgré les hurlements à la moindre frustration, on n'a jamais été aussi heureux que depuis qu'elles sont à nos côtés.

Partager cet article

23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:08

J'aime le printemps, sa douce chaleur, sa luminosité, les fleurs, les oiseaux, cet avant goût de paradis.

Nous déménageons dans deux mois. Oh, pas bien loin : à trois/quatre rue de notre logement actuel. ça va être vraiment sympa pour les filles : un mignon petit jardin ( 200 m2, mais, un rêve pour moi : deux arbres fruitiers, un bougainvillier et un jasmin qui embaume en ce moment !). Nous y avons fait un saut mercredi, LB était follement heureuse de pouvoir jouer à cache-cache avec sa maman dans son jardin !

J'ai vu mes directeurs de thèse la semaine dernière : je suis un peu sortie dépitée de mon rendez-vous. Ils ont "oublié" que je leur avait rendu près de 100 pages l'an dernier...Déjà que je peine à obtenir des rendez-vous, voire même des réponses à mes mails...Donc, je ne suis pas plus avancée, je sais simplement que je dois soutenir pour décembre 2015.

Mais, le printemps aidant, j'étais remontée à bloc pour terminer au plus vite !

Hier, j'avais rendez-vous avec mon endocrinologue à l'hôpital. Je pensais à une visite de routine. Au précédent rendez-vous, il m'avait précisé que si il avait du nouveau concernant mes tests génétiques, il me contacterait par téléphone, et puis, les tests devaient durer plus d'un an, je ne m'attendais donc à rien à ce niveau là.

Je suis rentrée dans le cabinet toute guillerette, lui parlant de ma thèse, des filles qui grandissaient bien ( malgré les nuits toutes pourries de la petite Nana qui fait, encore et toujours, ses dents).

Et puis, il a pris mon dossier et m'a dit qu'il y avait du nouveau....Argh...J'ai cru défaillir...Encore une fois, je suis un cas rare ( à ce niveau là, ce n'est même plus de la rareté). Attention, il faut s'accrocher, ce n'est pas de la plus grande simplicité : ils ont décelé une mutation génétique chez moi qui donne des phéochromocytomes mais pas celui que j'ai eu ( vous vous rendez compte, il y a déjà une chance sur 100 000 d'avoir un pheo) : apparemment le gêne a plutôt tendance à créer des pheo malins...Ce qui, touchons du bois, n'a pas été mon cas. Alors, ils ne comprennent pas très bien pourquoi ils arrivent à ce résultat ( c'est pourquoi j'ai eu droit à un nouveau prélèvement afin de le confirmer ). Encore une fois, le médecin a tenté de me rassurer, d'après lui, il y a peu de chances que je sois à nouveau malade ( m'enfin, il y avait peu de chance que j'ai un pheo, encore moins de chance que ce soit génétique etc...). Je crois, qu'en fait, ils n'en savent pas grand chose, la recherche en génétique avance vite mais est toute récente. Il va donc falloir avoir confiance en l'avenir. En ce qui concerne les filles, il ne devrait pas y avoir de souci avant leur majorité. Mes parents et mon frère doivent être testés, on doit comprendre d'où vient cette mutation ( l'ai-je créée moi-même ? Ou, est-elle plus ancienne dans la famille ? Le suspens est à son comble...).

Autant vous dire que je n'avais pas envie de ça...Ce stress est épuisant, il va me falloir quelques temps pour m'en remettre, je ne m'attendais pas à ça...

Partager cet article

12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 09:15

La semaine précédent les vacances de printemps, une épidémie de varicelle a sévi dans la classe de la grande Béboute. Et pour cause, sur 27 élèves, 18 étaient absent pour cause "de boutons qui grattent"...

Alors, je me suis préparée psychologiquement, parce que, depuis que je songe à être mère ( c'est à dire plus ou moins 25 ans !), il y a une liste de trucs qui me font peur ( la propreté des enfants, les poux...). Et, en deuxième position de cette liste, que trouve-t-on ? Oui, oui, la varicelle !

Je m'attendais à avoir droit à des vacances plutôt fatiguante.

Heureusement, la maladie des boutons a bien voulu épargner ma petite famille durant notre séjour dans les Landes, ou presque.

Avant de partir, le pédiatre, à ma demande, m'avait fait une prescription pour quelques petites potions censées calmer la "gratouille" (comme dirait ma maman) au cas où. Il m'a aussi informée que les premiers boutons apparaissant dans la nuque.

Ainsi, trois fois par jour ( non, je n'étais pas obnubilée, pourquoi ?) je scrutais la nuque de mes fifilles ( ce qui avait tendance à agacer, un tout petit peu, ma Béboute !).

Et puis, paf, vendredi matin, veille de notre départ des Landes, je l'ai trouvé niché là; au creux du cou de ma grande fille : LE bouton de varicelle...ça y est, l'histoire était lancée, quel ampleur allait elle prendre ? Comment allait réagir mon bébé ?

Et bien, comme d'habitude, ma Béboute a TRES bien réagit à la maladie ( ma grande fille est un roc !) : pas de fièvre, des boutons de façon plutôt modérée.

Bon, tout n'a pas été tout rose : deux nuits où elle a pleuré en dormant, et criait "laisse-moi dormir, je suis fatiguée" (!).

Mais, tout ceci n'était rien comparé à...

LA VARICELLE DE LA PETITE NANA...

Oui, si la grande sœur est très résistante à la maladie, la petite se montre beaucoup plus sensible.

J'ai d'abord cru qu'elle allait avoir une version light de la maladie : le premier jour les boutons étaient vraiment éparses.

Mais, dès le lendemain, il y en avait de partout, beaucoup, plus que pour sa sœur. La fièvre est apparue et a duré trois jours, Mais, surtout, surtout, les nuits ont été horrible !

Elle hurlait non stop de 21h à 5h du matin, sans pouvoir dormir, en se frappant la tête avec la main ( elle a eu un nombre impressionnant de boutons sur le cuir chevelu), puis, s'endormait, épuisée, jusqu'à 8h...Nous avions donc une petite Nana, qui ressemblait à un zombie dans la journée, les yeux constamment dans le vague.

En ce qui concerne les remèdes prescrits par le médecin, autant dire qu'ils n'ont pas produit beaucoup d'effets :

- Le doliprane, je ne l'ai utilisé que pour les fièvres supérieures à 38.5°C ( afin de permettre au corps de lutter lui-même contre la maladie, ceci afin que la guérison se fasse plus rapidement)

- Le primalan, sirop censé diminuer les démangeaisons...Euh...Je me demande ce que ça aurait donné si nous ne l'avions pas utilisé en fait...

- Le cicalfate en crème, pas suffisamment efficace pour la quantité de boutons qu'elle avait sur le dos.

Comme les boutons avaient du mal à sécher ( notamment ceux situés sous la couche, dont le nombre était indéfinissable), je suis passée à la pharmacie.

Je suis repartie avec du septivon : un antiseptique local, qui peut s'utiliser pour en lavage sur tout le corps,

Et du cicalfate en lotion.

Et bien, après une application de ces deux produits, j'ai vu une sensible amélioration ( je le saurais pour la prochaine fois). Mais, quelle galère ce fut...!


Et bien sûr, après avoir passé une nuit plutôt tranquille ( toujours deux réveils par nuit, tout de même !), la nuit suivante fut à nouveau agitée, grâce à mesdames les dents qui, après une quarantaine de jours de tranquillité, nous faisaient leur grand retour...

Je sais, je ne dormirais plus jamais tranquillement....

Bon, et vous, vous avez déjà eu à surmonter la grande épreuve de la varicelle ? Ça s'est passé comment ?

Partager cet article

30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 15:23

Elle n'a pas été simple, cette année, ma petite Nana. A vrai dire, elle a même faillit voir disparaître ta maman. Mais, on s'est accrochées, avec ta sœur, vous avez été un merveilleux moteur de combat. On a réussi ensemble !

Quel merveilleux bébé tu fais, tellement attachante, tellement souriante. SI obstinée aussi. Durant les premiers mois, tu as su te faire discrète, sans doute afin de ne pas trop fatiguer une maman bien mal en point. Et puis, une fois que tout fut rentré dans l'ordre, tu as su t'affirmer, nous montrer que tu étais bel et bien présente dans cette famille.

Ce que vous vous aimez toi et ta sœur ! Il est vrai que, durant tes premiers mois, elle avait du mal à se montrer délicate avec toi. Elle n'était encore qu'un bébé, pas facile de maîtriser ses gestes à deux ans et demi. Et puis, peu à peu, une complicité est née. Désormais, tu hurles de bonheur dès que tu la vois "Da, da" est son prénom en langage "petite Nana" ! Tu sautilles sur tes petites fesses ( ta façon à toi de te déplacer !) afin de la rattraper. Ta grande sœur, elle, elle aime te protéger lorsque d'autres enfants s'approchent de toi : " attention, elle est petite", s'amuse-t-elle à répéter !

Merci mon amour d'être entrée dans ma vie, et encore joyeux anniversaire !

Partager cet article

Sandy and the Beb's
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sandy and the Beb's
  • Le blog de Sandy and the Beb's
  • : Une Béboute, une petite Nana, un Homme, et une maman/épouse/doctorante en droit/joggeuse (lorsque son emploi du temps le permet ). On saupoudre tout ça d'éducation non violente, et voici le résultat !
  • Contact

Profil

  • Sandy and the Beb's
  • Jeune maman thésarde du sud!
  • Jeune maman thésarde du sud!

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog