Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 11:12

 

   Depuis fort, fort longtemps c'est à dire d'aussi longtemps que j'ai envi d'être enceinte ( autant dire depuis toujours), je sais que je veux me passer de la péridurale pour mes accouchements.

 

J'ai quasiment réussi pour le premier. 

 

Pourtant, en en parlant autour de moi, il est arrivé que l'on me traite de "folle" ( véridique).

Très peu de femmes comprennent cette volonté, je peux les compter sur les doigts d'une main autour de moi.

Et, j'ai longtemps eu du mal à expliquer ce choix qui se situait plutôt au niveau du ressentit. 

Et puis, j'ai compris.

J'ai compris que je voulais être actrice de mon accouchement et non pas "être accouchée".

La péridurale implique, en effet, une certaine passivité au moment de l'accouchement : l'anesthésiste arrive, il te pique, tu ne sens plus grand chose, et puis on te dit de pousser, tu ne sens toujours rien alors tu obtempère.

Le bébé sort comme ça, sans que tu n'ais rien senti, comme si la cygogne l'avait déposé entre tes jambes.

 

Bizarrement la douleur de l'accouchement ne m'a jamais fait vraiment peur.

Même aujourd'hui, après un premier accouchement long et douloureux, je ne souhaite pas, autant que possible, avoir recours à l'analgésie péridurale.

Or, Maïtie TRELAUN dans son ouvrage "J'accouche bientôt et j'ai peur de la douleur", nous explique que "La majeure partie du temps la demande correspondra à une peur. Peur de se confronter à une épreuve, peur de ne pas y arriver, peur de craquer et de lâcher l'aspect "socialement correct", peur de mourir, peur de se perdre, peur de devenir folle, peur de crier, peur de devenir maman, peur de rencontrer son bébé...".

Ce n'est pas que je sois plus courageuse qu'une autre ( certainement pas) mais j'assimile la douleur de l'enfantement à un évènement heureux, à une issue positive.

Peut-être est-ce la raison pour laquelle cette douleur ne m'effraie pas. 

 

"Bien souvent, l'analgésie péridurale est demandée en tout début de travail parce que la femme a peur de l'inconnu de l'accouchement, de la douleur, ou parce qu'elle ne voit pas l'intérêt de la vivre. Je me rends compte qu'au cours de mes séances de préparation à la naissance, les réponses apportées à leurs questions ou simplement le fait d'impulser une réflexion leur donne envie de tenter de vivre pleinement cette aventure. Elles sont alors demandeuses d'outils concrets qui peuvent les aider. Je ne peux que constater qu'une majorité d'entre elles parvient à mettre au monde leur bébé sans aide médicamenteuse. Elles en sont remplies de joie et de fierté".

Il semblerait donc que les futures mères aient plus besoin d'écoute, d'être rassurée que de recours à l'analgésie.

Or, c'est vrai qu'il est difficile, de trouver une oreille professionnelle attentive à ces questions :

 Soit parce que l'on est suivie par un médecin obstétricien  qui souvent n'a pas le temps d'aborder des questions autre que purement médicales ( ou n'a pas de réponse à apporter à ces questions).

Soit parce que, même si l'on s'adresse à une Sage-femme, elle n'a pas été formée aux alternatives à la péridurale. 

Je me souviens de la surprise des Sages-Femmes de l'hôpital où j'ai fait ma première préparation à l'accouchement ( tout ce qu'il y a de plus classique !), lorsque j'ai affirmé que j'envisageais de me passer de produit anesthésiant : surprises, étonnées mais également admiratives.

Cette option n'était donc vraiment pas fréquente. 

Pourquoi ?

Communique-t-on assez sur les alternatives à la péridurale ? Rassure-t-on les femmes sur leur capacité à accoucher sans ?

Pas suffisamment ( voire pas du tout) à mon goût...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soma 14/03/2013 12:07


Je me pose sérieusement la question pour la naissance de BB2.
Je n'ai pas eu de péridurale pour ma fille & j'ai survécu (et bien souffert aussi).
Au final, ce que j'ai "aimé", c'est de voir que la nature était bien faite & que lorsque la contraction arrive, il n'y a rien d'autre à faire que de pousser...
Quant à la douleur, elle est insoutenable, c'est terrible... j'en ai ch.... Ms bon, au bout de cette souffrance, il y a une naissance, un bébé, mon bébé...
Donc je ne sais pas ce que je vais faire (si jamais j'ai la possibilité de l'avoir) 

lesbebous 15/03/2013 10:58



Ce qui est formidable, c'est de pouvoir avoir le choix ! 



Gaelle 09/03/2013 15:21


Coucou Sandy, 


Je te comprends tout à fait, et comme tu dis on n'est pas assez informées. La péridurale pour le 1er est je suis sûre en grande partie responsable de la césarienne (car c'était un gros bébé, car
c'était très tôt dans le travail, ... il y a plein d 'autres raisons mais bon, sans péri, peut-être j'aurais eu une chance d'accoucher naturellement). Et pour avoir vécu le 3ème accouchement sans
péridurale, si c'était à refaire je referais la même chose. C'est douloureux, certes, mais c'est incroyable ce que le corps de la femme est capable de faire, et c'est incroyable aussi de se faire
confiance et faire confiance à son corps. La petite avait la tête aussi grosse que le 1er, et a eu du mal à s'engager, alors je suis certaine que si j'avais craqué pour la péri, j'aurais eu une
césarienne. Et là, rien, même pas d'épisio... le rêve... 


Je pense bien à toi, je ne sais plus si je t'avais parlé du "chant" pendant les contractions, qui a été incroyable... A bientôt en tout cas, merci pour cet article et pour toutes celles que ça
aidera à choisir!


Bises


 

lesbebous 11/03/2013 09:07



Merci pour ton commentaire Gaëlle ! J'espère que tout va bien pour toi ( et que les préparatifs ne vous stressent pas trop !) et qu'on se verra bientôt ( on est dans le coin durant les 2
prochains we !) !



M* 09/03/2013 09:28


Personnellement je ne me serais pas vue accoucher sans péri parce que oui j'avais peur d'avoir trop mal et de perdre le contrôle. Et comme Iù* était en siège et que la menace de césa planait si
je ne poussais pas assez bien ou pas assez fort, j'avais peur de m'épuiser. Mais elle n'était pas dosée fortement du tout (la saeg-femme a été prudente de ce point de vue-là parce qu'elle voulait
que je puisse bien sentir les contractions pour savoir quand pousser) et j'ai très (trop) bien senti les contractions, j'ai du quand pousser et je l'ai bien sentie passer! Mais je comprends tout
à fait qu'on n'ait pas envie de péri et je trouve nul que les femmes qui font ce choix se fassent traiter de folle!

lesbebous 11/03/2013 09:05



Merci pour ton témoignage M* ! 



Le Monde de Petit Bout 08/03/2013 21:06


Coucou, j'ai accouché en Angleterre, et ils sont en général plutôt pourpousser les femmes à ne pas prendre la péridurale. Il a pas mal d'étapes intermédiaires d'ailleursd en termes de choses qui
peuvent soulager les douleurs.


J'ai donc accouché sans péridurale, en piscine (c'était néanmoins ma décision... Je crois que j'ai bien plus peur de l'aiguille de la péridurale que de la douleur de l'accouchement). J'ai trouvé
que les contractions étaient douloureuses, mais rien comparé à la douleur de l'expulsion.


Je suis enceinte de mon deuxième enfant et je pense que si le début du travail se passe comme pour le premier, je choisirai encore cette solution.


Je trouve quand même fou qu'on prone la péridurale. Je trouve que c'est très bien d'avoir la chance choisir cette solution, mais je trouve que chaque femme devrait choisir sa "méthode"
d'accouchement selon ses envies!

lesbebous 09/03/2013 07:30



Merci beaucoup pour ton témoignage et bienvenue ici !


Et oui, peut importe ce qu'on a décidé, l'important c'est qu'on nous laisse le choix...



maman mymou 08/03/2013 18:10


Nous ne sommes pas toutes égales face a la douleur.


Pour mon 1er accouchement, j'ai été déclenchée, je n'ai pas eu de travail progressif qui permet de gérer les contractions. Après 26h de souffrance, la péri m'a aidé à me reposer pendant les
heures avant la phase de poussée, j'étais exténuée et je venais d'essayer le gaz hillarant (méthode altnernative) qui m'avait transformé en légumes sans atténuer la douleur. La péri, elle, a
atténuée la douleur, j'ai retrouvé mes esprits, je me suis sentie active de mon accouchement, j'ai poussé mon bébé hors de moi. Je les senti sortir de moi mais sans souffrir.


Pour mon 2ème accouchement, j'ai pu avoir la péri plus rapidement et le travail s'est aussi fait plus rapidement mais avec l'aide d'une perf d'ocytocyne. J'ai géré toute seul les contractions
avec des positions et respirations apprise au yoga... jusqu'à la péri arrivée au bon moment ou la perf commençait à bien fonctionner, là encore j'étais actrice de mon accouchement. J'ai poussé
mon bb hors de moi, j'ai tout senti sans souffrir.


Dans les 2 cas, je suis très fière de moi. Mettre au monde un enfant est une chose magnifique : je n'avais pas envie de souffrir alors qu'il existait un moyen de me soulager.


Je comprend ta démarche mais sache qu'on peut être actrice de son accouchement tout en ayant la péri. 

lesbebous 09/03/2013 07:39



Merci beaucoup pour ton commentaire et bienvenue sur ce blog !


Je crois que nous avons eu le même 1° accouchement ( sauf que toutes mes poussées avec et sans péri n'ont rien données...il nous a fallu l'aide des spatules) ! C'est pour ça que je ne suis ni
pro, ni anti péri : j'aimerai juste que les femmes soient informées des possibilités qu'elles ont de s'en passer si elles le souhaitent...



Présentation

  • : Le blog de Sandy and the Beb's
  • Le blog de Sandy and the Beb's
  • : Une Béboute, une petite Nana, un Homme, et une maman/épouse/doctorante en droit/joggeuse (lorsque son emploi du temps le permet ). On saupoudre tout ça d'éducation non violente, et voici le résultat !
  • Contact

Profil

  • Sandy and the Beb's
  • Jeune maman thésarde du sud!
  • Jeune maman thésarde du sud!

Recherche

Archives