Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 08:52

Quelles vacances, mes amis, on s'en souviendra longtemps ( et dans le bon sens du terme cette fois-ci, contrairement à l'horreur de l'été précédent ) !

Du bonheur, en veux-tu en voilà : de la famille, des amis, de la nature, et des petites filles folles de bonheur !

Nous avons débuté nos vacances par une semaine chez mes parents dans le Var, entre filles puisque l'Homme était encore au boulot. J'en ai profité pour courir tous les matins dans la colline ( c'est fou, si près de la ville, on a l'impression d'être au milieu de nulle-part, seulement accompagné par le chant des cigales, comme Marcel Pagnol dans son Garlaban). La Béboute a adoré ramasser les tomates plantées par son pépé, jouer à la balançoire, plonger dans la piscine avec mamie. La petite Nana, a arpenté le jardin en long, large, travers ( elle ne marche plus, elle court !), était toute contente de donner à manger aux canard l'étang du château, et a même réussi a dormir toute une nuit avec un seul réveil ( c'est dire si le bon air de chez pépé-mamie lui fait du bien).

La semaine suivante, c'était départ pour Chamonix, avec l'Homme cette fois-ci, et comme nous nous y trouvions fort bien ( car, contrairement aux années précédents, pas de canicule mais un air frais, comme on aime le trouver en montagne), nous avons prolongé notre séjour ( au lieu de n'y passer que quatre jours, nous sommes restés dix jours). Des petits joggings dans la montagne, de belles balades, des piques-niques à base de saucisson et fromage, des cueillettes de myrtilles, des gaufres, et un vide-grenier, le paradis !

Nous en avons également profité pour faire une halte chez des amis, à Annecy. Ils nous ont fait découvrir une jolie ferme pédagogique, ainsi qu'un parc, loin des trucs surfait à la disney, tout écolo et qui a fait rêver petits et grands :Le parc des épouvantails , les enfants ont pu découvrir la vie des épouvantails : leurs maisons, leur marché, leurs différents métiers (!), ils ont pu participer avec eux à la vie du village : faire de la musique ( mais attention au géant qui dort !), sauter dans la piscine de paille, faire une course de brouette, se perdre dans le labyrinthe. Nous avons tous adorer, et espérons vite revenir. La prochaine fois, nous comptons bien visiter également, le hameau du père Noël, pour faire rêver toute la famille ( moi la première, je retombe facilement en enfance dans ce genre de parc !).

A la fin de ce séjour, nous avons fait à nouveau halte dans le var. L'Homme et les filles pour poursuivre les vacances, moi pour bosser à la fac. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin ( je pouvais tout de même profiter de la piscine ou des piques-niques sur la plage après avoir travailler, tout n'était pas perdu !).

Et, comme tous les enfants de France ( sauf les homeschoolers, quelle chance !), aujourd'hui, c'était la rentrée pour la Béboute. Et, comment vous dire, je suis HEU-REU-SE, non, pas de voir mon bébé me quitter pour retourner à l'école, mais qu'elle soit tombée sur la maîtresse de mes rêves, douce, attentionnée, si tout reste comme ça ( il est possible qu'une classe supplémentaire soit ouverte la semaine prochaine, dès lors, les classes seront recomposées...), nous risquons de passer une très bonne année ! J'étais pas mal inquiète, surtout avec la crise mémorable d'hier soir ( hurlements quasi non-stop pendant une heure, avec des "je ne veux pas aller à l'école, je ne veux pas que l'on me cris dessus!"), faut dire qu'elle avait de quoi être inquiète ma fille, avec l'année que lui avait fait subir sa précédente instit'...Et puis, le miracle a eu lieu, croisons donc les doigts pour que ça reste comme ça !

Pour sa part, la petite Nana, a eu une rentrée toute en sérénité, ravie de retrouver les puéricultrices de la crèche et les copains. Quel bonheur voir s'ouvrir toutes ces possibilités de jeu !

Et pour vous, commence se déroule la rentrée ?

Repost 0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 15:11

Bouh, le temps passe, difficile de trouver du temps pour écrire par ici, mais je pense à vous !

Aujourd'hui, je me disais qu'avec deux enfants, il est difficile de profiter pleinement des progrès du deuxième, comme on a pu le faire pour le premier. Mais, à côté de ça, que c'est beau de voir une relation se créer entre deux soeurs...

Les premiers temps ont été parfois difficile, ma Béboute me faisant souvent sentir qu'elle avait besoin de moi aux moments les moins appropriés pour moi ( mais de façon fort logique pour elle) : lorsque sa soeur tétait ou lorsqu'elle pleurait (c'est encore parfois le cas lorsque ma grande fille est fatiguée, elle est nécessairement plus demandeuse des bras de sa maman!).

Désormais, leur complicité grandit minute après minute.

Dès le réveil, la petite veut voir sa grande soeur, elle court littéralement dans sa chambre pour la retrouver en l'appelant "Da-da", et lui assène des petits coups sur le visage si elle ne se réveille pas suffisamment vite ( parfois, cela peut donner lieu à de jolis cris aigüs ).

La Béboute est déjà un modèle pour sa soeur :

Ma petite Nana veut manger comme elle : nous avons dû troquer la chaise haute pour une petite chaise à la table de la grande fille. D'ailleurs, même si elle ne parle que très peu (papa/maman/da-da/tètè), elle sait faire comprendre qu'elle a faim, simplement en s'asseyant sur sa chaise.

Le problème c'est que la grande n'est pas une grosse mangeuse, alors, lorsqu'elles sont à table en même temps, et qu'elle refuse un plat, la petite a tendance à faire de même ( alors que seule elle mange de tout).

Elles commencent à jouer ensemble.

Pour attirer sa soeur, la petite nana la tape parfois avec le jouet qu'elle veut utiliser. Certes, elle atteint rarement l'objectif escompté ( sauf si j'interviens), mais c'est un bon début.

La Béboute commence à utiliser sa soeur comme une poupée: l'autre jour elle faisait semblant de lui changer la couche. Hier, elle la déguisait en Minnie...C'était craquant !

A côté de ça, il y a, comme dans toute fratrie, les moments de bagarre. Lorsque la Béboute en vient à frapper sa soeur, la petite se défend de façon virulente : elle a fortement tendance à "croquer" sa soeur ( et pas légèrement...)...

Elles savent aussi se câliner : la petite fait des bisous à la grande, la grande, berce, carresse, embrasse la petite lorsqu'elle a un gros chagrin...

Et moi, comme une maman chamallow, je fonds de bonheur...

Repost 0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 09:15

La semaine précédent les vacances de printemps, une épidémie de varicelle a sévi dans la classe de la grande Béboute. Et pour cause, sur 27 élèves, 18 étaient absent pour cause "de boutons qui grattent"...

Alors, je me suis préparée psychologiquement, parce que, depuis que je songe à être mère ( c'est à dire plus ou moins 25 ans !), il y a une liste de trucs qui me font peur ( la propreté des enfants, les poux...). Et, en deuxième position de cette liste, que trouve-t-on ? Oui, oui, la varicelle !

Je m'attendais à avoir droit à des vacances plutôt fatiguante.

Heureusement, la maladie des boutons a bien voulu épargner ma petite famille durant notre séjour dans les Landes, ou presque.

Avant de partir, le pédiatre, à ma demande, m'avait fait une prescription pour quelques petites potions censées calmer la "gratouille" (comme dirait ma maman) au cas où. Il m'a aussi informée que les premiers boutons apparaissant dans la nuque.

Ainsi, trois fois par jour ( non, je n'étais pas obnubilée, pourquoi ?) je scrutais la nuque de mes fifilles ( ce qui avait tendance à agacer, un tout petit peu, ma Béboute !).

Et puis, paf, vendredi matin, veille de notre départ des Landes, je l'ai trouvé niché là; au creux du cou de ma grande fille : LE bouton de varicelle...ça y est, l'histoire était lancée, quel ampleur allait elle prendre ? Comment allait réagir mon bébé ?

Et bien, comme d'habitude, ma Béboute a TRES bien réagit à la maladie ( ma grande fille est un roc !) : pas de fièvre, des boutons de façon plutôt modérée.

Bon, tout n'a pas été tout rose : deux nuits où elle a pleuré en dormant, et criait "laisse-moi dormir, je suis fatiguée" (!).

Mais, tout ceci n'était rien comparé à...

LA VARICELLE DE LA PETITE NANA...

Oui, si la grande sœur est très résistante à la maladie, la petite se montre beaucoup plus sensible.

J'ai d'abord cru qu'elle allait avoir une version light de la maladie : le premier jour les boutons étaient vraiment éparses.

Mais, dès le lendemain, il y en avait de partout, beaucoup, plus que pour sa sœur. La fièvre est apparue et a duré trois jours, Mais, surtout, surtout, les nuits ont été horrible !

Elle hurlait non stop de 21h à 5h du matin, sans pouvoir dormir, en se frappant la tête avec la main ( elle a eu un nombre impressionnant de boutons sur le cuir chevelu), puis, s'endormait, épuisée, jusqu'à 8h...Nous avions donc une petite Nana, qui ressemblait à un zombie dans la journée, les yeux constamment dans le vague.

En ce qui concerne les remèdes prescrits par le médecin, autant dire qu'ils n'ont pas produit beaucoup d'effets :

- Le doliprane, je ne l'ai utilisé que pour les fièvres supérieures à 38.5°C ( afin de permettre au corps de lutter lui-même contre la maladie, ceci afin que la guérison se fasse plus rapidement)

- Le primalan, sirop censé diminuer les démangeaisons...Euh...Je me demande ce que ça aurait donné si nous ne l'avions pas utilisé en fait...

- Le cicalfate en crème, pas suffisamment efficace pour la quantité de boutons qu'elle avait sur le dos.

Comme les boutons avaient du mal à sécher ( notamment ceux situés sous la couche, dont le nombre était indéfinissable), je suis passée à la pharmacie.

Je suis repartie avec du septivon : un antiseptique local, qui peut s'utiliser pour en lavage sur tout le corps,

Et du cicalfate en lotion.

Et bien, après une application de ces deux produits, j'ai vu une sensible amélioration ( je le saurais pour la prochaine fois). Mais, quelle galère ce fut...!


Et bien sûr, après avoir passé une nuit plutôt tranquille ( toujours deux réveils par nuit, tout de même !), la nuit suivante fut à nouveau agitée, grâce à mesdames les dents qui, après une quarantaine de jours de tranquillité, nous faisaient leur grand retour...

Je sais, je ne dormirais plus jamais tranquillement....

Bon, et vous, vous avez déjà eu à surmonter la grande épreuve de la varicelle ? Ça s'est passé comment ?

Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 11:55

Elle peut vous aboyer dessus ou vous donner une sacrée dérouillée si vous faites quelque chose qui ne lui convient pas. Ma fille, elle a du caractère.

Mais,

Derrière cette véritable peau de vache, se cache un petit moineau tout sensible.

Elle adore me faire des câlins.

Parfois, au milieu d'un jeu ou d'une conversation, elle s'arrête et me dit : "Maman tu sais, je t'aime".

Lors de ses crises quotidiennes, le seul moyen de la calmer, ce n'est pas de lui promettre monts et merveilles, d'être violent ou de la punir, non, c'est de lui proposer un câlin ( bon, il faut quelques minutes pour que ça fonctionne, mais c'est ce que j'ai trouvé de plus efficace).

La semaine dernière, elle ne voulait pas aller à l'école. Pourquoi ?

"Parce que je joue toute seule dans la cours",

Elle a un meilleur ami avec qui elle joue souvent, mais, en ce moment, il semble occupé avec son ami imaginaire.

Je me suis renseignée auprès de la maîtresse, il semblerait que ma petite Béboute ait du mal à aller vers les autres et préfère jouer tranquillement avec son petit copain.

Je ne m'y attendais pas, je pensais que mon petit bébé était plutôt sociable...A vrai dire, cette nouvelle m'a un peu attristée, dans la mesure où cela m'a renvoyé à moi, petite fille : j'étais incapable d'aller vers les autres. Heureusement, j'avais dans ma classe la fille d'amis de mes parents qui faisait un peu le lien entre moi et les autres. Comme je la voyais régulièrement à l'extérieur, il était sans doute plus facile pour moi de lui accorder ma confiance.

Au début de l'année LB jouait assez souvent avec une ancienne camarade de crèche. Elle m'en parle d'ailleurs régulièrement : un jour elle est sa copine, un autre plus du tout ! Comme je connais un peu sa maman, j'ai pris ses coordonnées. Nous allons donc bientôt lancer notre première invitation pour une après-midi à la maison...Pourvu que cela ait des effets positifs sur la vie sociale de mon bébé !

Alors, ce qui est drôle, c'est que l'autre jour à la crèche, une des nounous me disait combien la petite Nana était sociable, combien elle aimait aller vers les autres et à quel point elle était différente de sa sœur qui, elle, jouait plutôt das son coin.

Oui, j'avais remarqué que ma petite Nana aimait beaucoup le contact, elle sourit tout le temps, aime l'agitation. Mais, à la maison, j'ai quand même une Béboute qui adore chanter et danser, qui a toujours besoin de moi pour jouer. Je pensais donc, qu'elle avait le contact facile ( comme quoi, je tire facilement des conclusions hâtives).

Bref, on va voir si ma tentative d'interférer dans la vie sociale de ma fille porte ses fruits.

Et chez vous, ça se passe comment ?

Repost 0
Sandy and the Beb's - dans P'tite béboute
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 09:00

Elles étaient bien ces vacances ( malgré mon angoisse ), nous n'avons pas arrêté une minute, je vous raconte :

Des piques-niques sur la plage : c'était beau, c'était bon. Nous avons profité que deux des petits copains de classe de LB étaient dans le coin pour organiser de jolies sorties tous ensemble. Qu'est-ce qu'elle était mignonne ma jolie petite fille à se rouler dans le sable et à sauter partout à la lumière des rayons du soleil. Je ne me lassais pas de la regarder profiter de ces moments de bonheur...

Nous avons eu l'occasion d'inaugurer la nouvelle ligne de bus ( mini-bus en réalité !) qui nous amène en dix minutes à l'éco-parc de Mougins et de profiter de ses belles balançoires ( LB est fan, nous n'avons quasiment fait que ça durant toute l'après-midi) et de son parcours style accro-branche ( au ras du sol, pour initier les plus petits, c'est top !) . Merci au nouveau réseau de bus Palm bus !

Nous avons eu plusieurs visites : les grands-parents se sont relayés pour nous rendre visite, ça fait du bien de se pauser et de profiter de la famille !

Puisque nous avons la chance d'avoir un jolie chalet qui nous attend, là-haut sur la montagne, nous sommes retournés faire un petit tour à la neige. Le programme initial était un jour de rando-neige et un jour de ski pour LB...Sauf que notre fille deviens accro au ski...Alors, il a fallu se rendre à l'évidence, il est impossible de marcher avec elle dans la neige, puisque la neige lui rappelle le ski et qu'elle n'a de cesse de nous hurler qu'elle veut skier en se roulant dans la poudreuse...

Alors, le premier jour l'Homme s'est dévoué pour aider LB à évoluer dans le jardin des neiges. Si jamais vous allez skier avec des enfants en bas-âge aux alentours de Chamonix, je vous conseille de vous rendre à Plaine-Joux : toute petite station mais disposant d'un jardin des neiges en libre accès,pas besoin de payer des cours de ski pour s'y rendre. Et le panorama face au Mont-Blanc est magnifique !

Le deuxième jours, nous avons voulu tenter le club Piou-piou. Dans la plupart des stations, il faut payer le stage à la semaine. Nous ne restions qu'un wek-end, nous nous sommes donc rendus à la station des Houches qui, le dimanche, prévoit une séance à l'unité ( seulement le dimanche) ce qui permet de tester sans prendre trop de risques.

Alors, le club Piou-piou en périodes de vacances scolaires c'est.. comment dire... agité ? Une bonne soixantaine d'enfants, âgés de 3 à 5 ans, qui, attendent patiemment ( ou pleurent, c'est selon) leur tour de descendre une toute petite pente. Au bout d'une heure on les mets dans un yourte pour prendre une collation ( merci de ne pas nous avoir précisé qu'il fallait apporter la collation, LB était affamée à la sortie ! ) puis, les enfants retournent dans la neige attendre à nouveau leur tour. La veille, LB avait passé plus d'une heure à faire des descentes non-stop, alors, pour le coup, elle était un peu frustrée. Et puis, un petit gars derrière elle n'arrêtait pas de pleurer, ce qui l'a perturbée, et bien sûr, elle s'est mise à hurler. Il a fallu un peu de temps pour qu'elle s'adapte ( nous étions tout près d'elle, juste de l'autre côté du filet, pour la rassurer ).

Nous devrions y retourner d'ici deux semaines, s'il reste de la neige, tout devrait mieux se passer, hors vacances scolaires, je suppose qu'il y a bien moins de monde !

La petite Nana, quant à elle, a fait de beaux progrès durant ces vacances : elle se déplace en sotillant sur ses fesses et en poussant sur ses jambes, c'est assez drôle. Les nuits ne se sont pas améliorées, et pour cause : 5 dents sont sorties en l'espace de trois semaines !

Ah, j'oubliais la cerise sur le gâteau de notre retour de la montagne : depuis la veille LB ne parvenait plus à manger, elle avait "mal à la langue", et la petite Nana se tortillait en se tenant l'oreille, donc après cinq heures trente de routes : direction le pédiatre. Conclusion : un virus qui cause des aphtes pour l'une et une double otite pour l'autre, le pied !

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 10:30

Oui, je suis ravie de bientôt pouvoir passer de belles journées avec ma Béboute...

Mais, j'ai peur !

Les mercredis, lorsque je suis seule avec mes deux filles, sont déjà un peu tendus.

LB a un peu de mal avec sa sœur en ce moment, ou plutôt, avec l'angoisse de séparation de sa sœur : Dès que ma petite Nana me voit, elle se met à hurler de désespoir jusqu'à ce que je la prenne.

Mais, ma petite LB vit cela très mal : d'abord, les cris de sa sœur la rendent nerveuse.

Ensuite, elle ne supporte pas que ça sœur reste trop longtemps dans mes bras. Je la comprends, elle est très demandeuse de câlins, surtout en fin de journée, lorsque tout le monde hurle de fatigue.

Alors, oui, j'ai bien la solution de l'écharpe. Je porte ma petite Nana sur le dos, mais, ça ne dure jamais très longtemps. J'ai des problèmes de dos, au bout de certain moment, la douleur me rappelle à l'ordre.

Je sens que ces vacances vont être sportives, pourvu que je réussisse à garder mon calme ( si je cries, c'est foutu, LB s'énerve et nous en avons pour des heures avant qu'elle ne s'apaise).

Durant trois matinées, La petite Nana ira à la crèche, ce qui nous permettra à LB et à moi d'avoir des moments rien qu'à nous deux, ça va être chouette ( qu'est-ce que je m'en veux de ne pas réussir à accorder suffisamment de temps à ma Béboute...)!

Pour le reste, je vais essayer d'organiser des sorties sympa ( je compte sur toi, soleil !) afin de divertir et apaiser tout le monde.

Et puis, le we prochain, on retourne à la montagne, LB pourra refaire du ski, ça va être vraiment super.

Mais alors, pourquoi je m'affole moi ? Elles vont être top ces vacances !

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 16:35

Ouhlala, ça sent la poussière par ici, je crois que je n'avais jamais été aussi longtemps absente !

Le mois qui vient de s'écouler a été riche en petits et grands bonheurs, en fatigue et en émotions.

Nous avons passé un formidable séjour à la montagne. Ma grande petite Béboute a fait ses premiers pas à en ski et, contre toute attente ( oui, je projette mes angoisses de skieuse maladroite sur ma fille), elle a adoré ! Il fallait la voir avec son petit casque rose ( j'avoue que je déteste cette obsession du rose) hurler de bonheur en descendant la petite pente du jardin des neiges.

Nous avons partagé de jolies moments avec les copains, sur la luge, au pied des pistes, dans le chalet.

C'est formidable d'avoir des amis qui ont des enfants et de partir en vacances avec eux : outre le côté convivial, les enfants, en jouant entre eux, nous offres quelques moments de répits !

Ma petite Nana, change de jour en jour, contre toute attente, son premier mot n'est ni papa, ni maman mais son propre prénom...ça promet !

On l'appelle le bébé bonheur, toujours souriante et prête à éclater de rire.

Par contre, elle m'épuise : depuis les vacances, impossible de la coucher et de repartir, si je ne suis pas à ses côtés lorsqu'elle dort, elle se réveille au bout de 30 minutes.

Elle m'accorde également de jolis réveils toutes les 1h30 la nuit ( parfois, elle met jusqu'à 2 h pour se rendormir)...Rhaaaa, paraît que ça va passer, qu'il faut savoir être patiente...Mais, je veux dormir !

Et puis, chaque semaine, l'une des filles est malade...On m'avait prévenue, lorsqu'il y en a deux et qu'ils sont en collectivité, c'est ce qui arrive...Il devient très, très difficile de bosser la thèse, lorsque j'ai toujours une petite fille dans les pattes. Cette semaine c'est ma Béboute qui s'y colle ( un tout petit peu plus facile de bosser avec elle tout de même, elle commence à savoir s'occuper seule, genre une ou deux heures, c'est déjà ça !).

Et puis, on est en bonne voie pour changer de logement...Mais, chut !

Et vous, vous vous portez comment ?

Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 11:45

Hier soir, nous discutions tranquillement avec notre grande Béboute de nos futures vacances à la neige et du fait qu'elle allait prendre des cours de ski pour la première fois.

On lui demande si elle ne va pas avoir peur.

Et vous savez ce qu'elle nous a répondu ? ( Non, évidement, vous ne savez pas...)

" Mais, je ne peux pas faire de ki, moi. Je vais tomber et me faire mal. Le ki c'est pour les garçons ( sous entendu, eux, ils ne tombent pas)".

Mon sang de maman féministe n'a fait qu'un tour...

Je lui demande qui lui a dit ça.

Elle me répond D* ( prénom de l'Atsem).

Quoi ?!

Une femme en plus ?! A la limite, un petit garçon, c'eut été perturbant mais un peu plus compréhensif.

Mais là, une adulte, de sexe féminin et chargée de l'éducation des enfants véhiculant des propos sexistes, à notre époque. Wouha !

Peut-on accepter aujourd'hui, qu'il soit enseigné à nos filles qu'elles sont moins capable que les garçons ? Qu'elles ne peuvent pas faire ce dont elles ont envie car elles sont nées avec un "kiki caché" ?

J'ai alors fait une chose, à laquelle je n'avais jamais songé tellement cela semble être une évidence pour moi : j'ai appris à ma fille qu'elle ne devait jamais penser qu'elle est moins forte qu'un garçon.

Et bien, vous savez quoi ? ( Non, toujours pas, je sais...)

Elle a semblé surprise. Oui, à trois ans, ma fille pense déjà que les garçons sont plus forts sans qu'à la maison nous ne lui ayons jamais rien dit à ce sujet ( vous devez me trouver bien naïve...).

Il y a encore beaucoup d'efforts à faire au sein de l'éducation nationale afin que ces préjugés soient abandonnés. Il faut une volonté des acteurs nationaux et des acteurs locaux :

Pour ce qui est des acteurs nationaux, la volonté politique donc, elle existe. L'année scolaire 2013/2014 a été décrétée "Année nationale de l'égalité des filles et des garçons à l'école".

Et pour ce faire, une convention interministérielle "pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif" a été adoptée. Outre " Le renforcement pour une mixité plus forte des filières de formation et à tous les niveaux d'étude ", la convention ouvre deux chantiers : "La transmission des valeurs d'égalité entre les filles et les garçons" et "le renforcement de l'éducation au respect mutuel et à l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes".

Des actions doivent être menées dans les Académies afin de développer ces objectifs.

Oui sauf que, dans l'école de ma fille, ils ne doivent pas en avoir beaucoup entendu parler...

Je sens que la première question que je vais poser lors de mon premier conseil d'école portera sur ce thème ( oui, je suis représentante de classe, j'ai "séché la première réunion pour cause d'opération. Mais, je compte bien être présente à la prochaine).

Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 10:21

Hier j'ai emmené les petites avec moi chez le médecin ( rien de grave, rassurez-vous, juste une petite hernie discale...Quand ça veut pas...bref...).

Une heure à patienter dans la salle d'attente. Mes poulettes ont été des amours.

La petite Nana jouait tranquillement avec une petite balle.

Ma grande Béboute dessinait avec moi.

Certes, elle est très bavarde.

Certes, elle aime bien chanter au milieu de ses phrases,

Certes elle a un peu de mal à parler à voix basse.

Mais, jamais elle n'a hurlé,

Jamais elle ne s'est mise à sauter est courir dans tous les sens.

Deux autres personnes étaient présentes dans la salle : une jeune fille et un monsieur d'une soixantaine d'année.

J'étais donc concentrée à discuter et dessiner avec ma fille.

Tout à coup, je vois le monsieur se lever et rejoindre la salle d'à côté ( porte ouverte) en maugréant.

Je l'entends dire à la veille dame qui se trouvait dans l'autre salle : "ce n'est pas possible, ils ne savent plus tenir leurs enfants".

S'en est suivi une discussion entre eux sur la déliquescence de la société à cause de la mauvaise éducation des enfants...

Ouais, sauf que si j'étais capable de les entendre, alors qu'ils étaient dans la pièce d'à côté, c'est bien qu'ils parlaient aussi fort que ma fille...

C'est fatiguant ces gens qui pensent que leur bien être a plus de valeur que celui des enfants...

Je peux comprendre qu'il ait eu envie de lire son bouquin tranquille. Mais, quand même, le cabinet d'un médecin un mercredi matin, c'est rarement silencieux....

Rhaaa....!!! Ça m'énerve !!!

Repost 0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 11:12

Depuis toute petite je savais qu'avec mes enfants, il serait hors de question de pratiquer la violence physique, l'éducation par les châtiments corporels très peu pour moi, merci.

J'hallucine d'ailleurs, lorsque je vois encore le nombre de parents qui utilise la fessée ou les claques sur le visage comme outil éducatif. Encore pire, j'ai même vu une maman qui pratique l'allaitement long ( on se dit que quand même, elle a un minimum réfléchi à ce que doit être l'intérêt de l'enfant) et qui pourtant utilise ce procédé d'un autre âge. Quand est-ce que les gens comprendront que ce n'est pas en blessant et humiliant un enfant que l'on en fait un adulte heureux, épanoui et respectueux des autres ?!

Alors, éliminer les violences physique c'est une chose, une autre en est d'éliminer complètement les violences éducatives ordinaires non physiques : les cris, les punitions etc...qui ne vont pas dans le sens du respect de l'enfant, qui ne lui permettent pas de se responsabiliser et d'acquérir une confiance en lui suffisante, et qui ne permettent pas d'enrayer les crises sur le long terme.

Lorsque LB fait une bêtise, je lui explique qu'elle a le droit de faire des erreurs mais qu'il faut apprendre à réparer. Au début ce fut bien difficile, elle n'acceptait pas toujours la réparation. Désormais, elle coopère de mieux en mieux, prenant même les devants sans que je le lui demande. Mais, lorsqu'elle est fatiguée ou énervée ( souvent contre moi car je me suis occupée de sa petite sœur et que je l'ai laissée trop longtemps toute seule), elle ne se maîtrise plus, peut me frapper, frapper sa sœur ou quiconque se trouve sur son chemin.

Dans ces cas là, j'essai de conserver mon calme mais, ce n'est pas toujours évident lorsqu'on est stressé par je ne sais quoi ou lorsque le compteur affiche un faible taux d'heures de sommeil.

Lorsque LB ne parvient plus à se maîtriser, lorsqu'elle se met à hurler et à donner des coups de pieds à sa sœur, je n'ai pas trouvé d'autres solutions que de l'enfermer dans sa chambre. J'essai de le faire sans hurler, sans la culpabiliser mais, parfois, la fatigue me dépasse.

Heureusement, je sens que je suis sur le bon chemin, lorsque je dépasse les bornes, je réussi à lui présenter mes excuses et elle aussi commence à le faire d'elle-même. Elle m'a par exemple dit en me faisant un câlin : "Maman, j'étais énervée parce que tu donnais le tété à Little Nana".

Ou bien, "Maman, j'étais "criste" parce que tu m'as crié dessus".

Ces paroles dites pour la première fois ces derniers jours me font un bien fou, je perçois l'intérêt de mes efforts, LB commence à verbaliser ses sentiments. On peut en discuter, s'excuser, pour repartir du bon pied. Désormais, elle répète fréquemment les règles de vie instaurées dans la maison.

Elle sait aussi exprimer ce qui lui fait plaisir :

"Maman, je suis contente lorsque tu viens me chercher à l'école" ou, ( le pompon !) "maman, ça me fait plaisir quand tu me donnes la main ( c'est génial, je n'ai même plus à lui courir après lorsque je suis dans la rue, je n'ai eu qu'à lui répéter quelques fois combien j'étais heureuse de lui donner la main dans la rue !)".

Bref, la bienveillance, ça prend tu temps ( mais, pas plus que de crier et de s'énerver) mais ça porte ses fruits sur le long terme et surtout, ça rend bien plus heureux. Faut juste s'accrocher et être patient !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Sandy and the Beb's
  • Le blog de Sandy and the Beb's
  • : Une Béboute, une petite Nana, un Homme, et une maman/épouse/doctorante en droit/joggeuse (lorsque son emploi du temps le permet ). On saupoudre tout ça d'éducation non violente, et voici le résultat !
  • Contact

Profil

  • Sandy and the Beb's
  • Jeune maman thésarde du sud!
  • Jeune maman thésarde du sud!

Recherche

Archives